Aller au contenu principal

« Südzucker suit une logique financière, pas économique »

Franck Sander, président de la Confédération générale des planteurs de betteraves. © CGB

Les Marchés Hebdo : Südzucker veut fermer deux sucreries de sa filiale française Saint-Louis, une dans le Calvados, loin de tout autre outil, l’autre dans la Somme, à proximité d’autres outils. Et Didier Guillaume estime que la filière doit être réorganisée. Qu’en pensez-vous ?

Franck Sander : Le ministre de l’Agriculture ne peut pas à la fois demander que ces sucreries soient reprises et vouloir leur disparition. Il y aura débat. Si une filière est en crise, elle se doit de réfléchir aux moyens de regagner en compétitivité. Mais supprimer des sucreries au cœur de bassins betteraviers parmi les meilleurs d’Europe n’est pas une solution.

Ce contenu est réservé aux abonnés soit "Quotidien", soit "Hebdo", soit les deux. Vous devez avoir l'abonnement approprié pour consulter cet article.

Nous vous invitons à vous connecter si vous êtes déjà membre ou à découvrir nos offres d’abonnement.


En relation

Autres filières
Deux sucreries de Cristal Union sur la sellette

Le Conseil d’Administration de Cristal Union a annoncé hier mettre « à l’étude » le projet de…

Les acteurs de l'agroalimentaire
Des parlementaires mobilisés pour les sucreries d’Eppeville et de Cagny

 La CGB (Confédération générale des planteurs de betterave) se félicite d’une initiative…

Dossiers
Le sucre français se restructure à nouveau

Le groupe allemand Südzucker, propriétaire de Saint Louis Sucre, et le groupe coopératif Cristal…

Autres filières
Les secteurs à protéger de la libéralisation des échanges

La Commission européenne a présenté au dernier conseil agricole (le 15 novembre) une étude…