Aller au contenu principal

 Semences : Limagrain « craint » de devoir délocaliser sa recherche

Limagrain, maison-mère du semencier Vilmorin, qui a subi en décembre la destruction de parcelles de recherche de blé par un collectif anti-OGM, « craint » de devoir délocaliser sa recherche hors de France, si l'Etat n'assure pas une meilleure sécurisation de ses activités. Le président du groupe coopératif, Jean-Yves Foucault, s’exprimait devant la presse hier. Le collectif se serait trompé de cible. « Il n'y avait ni OGM, ni OGM cachés dans ces parcelles », a-t-il déclaré, « il s'agissait de blés on ne peut plus classiques ». Le nouveau directeur-général de Limagrain, Damien Bourgarel, a chiffré à un million d'euros la perte potentielle ; l’acte de décembre a porté sur 37 hectares et remet selon lui en cause « une dizaine d'années de recherche ». Il « serait le premier à conseiller de sortir la recherche du territoire national » en cas de « répétitions de ce genre de choses », a-t-il menacé.


En relation

Témoignages
Deux tailles de portions permettent de réduire le gaspillage

Au cœur des discussions lors des états généraux puis visée par des mesures du projet de loi…

Les acteurs de l'agroalimentaire
Le contrat d’objectifs de l’Inra est lancé jusqu'en 2021

Stéphane Travert, ministre de l’Agriculture, et Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement…

Alimentation animale-céréales
Soufflet et l’Inra signent un partenariat

Aujourd’hui, au siège de l’Inra, le groupe Soufflet et l’institut national de recherche…

Alimentation animale-céréales
L’Anses recommande d'accélérer les méthodes alternatives aux néocotinoïdes

L'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) a recommandé mercredi 30 mai « d'accélérer…