Aller au contenu principal

Produits tripiers : les habitudes évoluent aussi

© Sandrine Pinson

Les achats des ménages d’abats frais d’animaux de boucherie ont reculé de 3,6 % sur les neuf premiers mois de l’année, selon FranceAgriMer Kantar Worldpanel. Un recul plus prononcé que pour les viandes de boucheries fraîches dans leur ensemble, qui affichent -2,4 % sur la période. Néanmoins, le bœuf tire son épingle du jeu. Les achats des ménages ont progressé de 3,4 % sur neuf mois. Si le foie est à la peine (-10,2 %), les achats de cœur, langue, rognons (+4 %) et des autres abats de bœuf (+28,3 %) se montraient bien orientés. Une tendance à relier en partie à l’effritement du prix moyen d’achat, qui se repliait de 2 %, à 6,64 €/kg. Au contraire, le veau perdait du terrain avec des achats des ménages en recul de 4,9 %. Si le foie se maintient (+0,7 %), les autres morceaux dégringolent. Pour le porc, la situation est encore plus compliquée, avec des achats en repli de 10,6 %. Un net recul en partie lié à la baisse des disponibilités, les abattages étant en recul, notamment en juillet et la demande export restant régulière.

« Si les ventes de produits bruts reculent, ce n’est pas le cas pour les élaborés, les détaillants le constatent », tempère Nathalie Feugeas secrétaire générale de la confédération nationale de la triperie française (CNTF).


En relation

Focus produits
Du flou dans la consommation de viande

Les dernières données du panel Kantar publiées par FranceAgriMer sur les achats des ménages de…

Viandes
Produits tripiers : une demande très disparate

En ce mois de novembre, déclaré mois des produits tripiers par la filière française, l’heure est…

Viandes
Produits tripiers : progression des achats début 2017

Le rayon des produits tripiers a connu différentes fortunes au premier trimestre 2017.

Viandes
Embellie pour les viandes rouges d’ici à 2027

De 2008 à 2017, selon la FAO, la consommation mondiale de volaille par habitant a progressé de…