Aller au contenu principal

Porc : les menaces du Brexit

Un « hard brexit » pourrait provoquer une baisse de 48 % des exportations, une baisse des prix de 7 % et 33 000 pertes d’emplois dans l’industrie du porc européen selon pig333.com. Le départ du Royaume-Uni de l’UE est prévu au 31 octobre 2019. L’imposition de droits de douane est possible dans le cas d’un « no deal ». Ils sont complexes et dépassent souvent 40 % de la valeur. Le gouvernement britannique a indiqué que dans le cas d’un « hard brexit » il réduirait les tarifs sur toutes les importations de porc pendant 12 mois afin de limiter l’inflation des prix et un choc de l’offre britannique. En 2018, le RU a importé au moins 1,038 million de tonnes de porc frais, congelé et transformé, en provenance de l’UE, ce qui représente 4,5 % de la production totale européenne.

Ce contenu est réservé aux abonnés soit "Quotidien", soit "Hebdo", soit les deux. Vous devez avoir l'abonnement approprié pour consulter cet article.

Nous vous invitons à vous connecter si vous êtes déjà membre ou à découvrir nos offres d’abonnement.


En relation

Viandes
Porc : léger tassement dans un marché encore lourd

Découpe : Les exportations espagnoles de carcasses et pièces de porc ont reculé…

Viandes
Viande de porc : Suisse et Serbie approvisionnent l’UE

Découpe : Bien que toujours très limitées, les importations européennes de…

Viandes
Porc : Norvège et Serbie gagnent du terrain en Europe

Découpe : Bien que sa consommation soit jugée stable à baissière et sa…

Viandes
Viande de porc : la France accroît ses importations

Découpe : En cumul de janvier à juillet, la France a importé 348 875 tonnes…