Aller au contenu principal

Porc : le cheptel de l’UE chute mais pas celui de la France

Selon Eurostat, de janvier à mai-juin 2019, le cheptel porcin français a progressé de 1,5 % par rapport à 2018 pour s’établir à 13,2 millions de têtes, ceci malgré le recul de 2,5 % des truies, porté par un repli de 2,3 % des truies gestantes. C’est l’augmentation des porcelets qui permet de maintenir la stabilité du cheptel français. Les porcelets < 20 Kg ont en effet vu leur effectif progresser de 3,61 % par rapport à 2018 pour s’établir à environ 5 millions de têtes. La France demeure ainsi un des rares pays de l’UE à avoir un cheptel porcin en légère progression tout comme l’Espagne (+1,1 %) qui bénéficie aussi d’un redressement de 4,7 % de sa population de porcelets et de 1,6 % des truies.

Ce contenu est réservé aux abonnés soit "Quotidien", soit "Hebdo", soit les deux. Vous devez avoir l'abonnement approprié pour consulter cet article.

Nous vous invitons à vous connecter si vous êtes déjà membre ou à découvrir nos offres d’abonnement.


En relation

Viandes
Retour à l’équilibre confirmé pour les cours nord européens

Porc : Le marché européen du porc charcutier confirme son retour à l’équilibre…

Viandes
Viande de porc : une ambiance calme, de saison

Découpes : 2017 n’échappe pas à la traditionnelle baisse de fréquentation des…

Viandes
Porcelet : des prix européens diversement orientés

Porcelet : La seconde partie de la semaine ne se place pas sous le signe du…

Viandes
Hausse du nombre de truies en Pologne et en Espagne

Porcs : Les enquêtes cheptels réalisées au printemps dans les principaux…