Aller au contenu principal

Pacte productif 2025 : l’agroalimentaire rend sa copie

De gauche à droite :Richard Girardot, président de l'Ania,Christiane Lambert, présidente de la FNSEA,Dominique Chargé, président de Coop de France. © V. R.

Annoncé par le président de la République le 25 avril 2019, le pacte productif vise à atteindre le plein-emploi d’ici à 2025 et à accroître la part de PIB de l’industrie et de l’agriculture pour atteindre 15 % en 2025 et 20 % à horizon 2030. La FNSEA, l’Ania et Coop de France y voient l’occasion d’aller plus loin que la loi Alimentation pour permettre aux filières agroalimentaires françaises de retrouver la voie de la compétitivité sur la scène internationale.

Ce contenu est réservé aux abonnés soit "Quotidien", soit "Hebdo", soit les deux. Vous devez avoir l'abonnement approprié pour consulter cet article.

Nous vous invitons à vous connecter si vous êtes déjà membre ou à découvrir nos offres d’abonnement.


En relation

Les acteurs de l'agroalimentaire, Bio
La filière bio s’engage dans les travaux des plans de filière

Gérard Michaut, président de l’Agence Bio, et Florent Guhl, directeur, se…

Les acteurs de l'agroalimentaire
La répartition de la valeur, priorité des états généraux

Les états généraux de l’alimentation débuteront « début juillet », sous le pilotage du…

Dossiers
« Ce qui est vital : stopper la guerre des prix »

Les Marchés Hebdo : Qu’attendez-vous de ces états généraux de l’…

Dossiers
Une « vraie vision économique » espérée

Coop de France est convaincu que la question centrale de la rémunération des producteurs passe…