Aller au contenu principal

[Edito] Notre alimentation est-elle si mauvaise ?

Steak

Un décès sur cinq dans le monde, soit 11 millions, était lié à une mauvaise alimentation en 2017. C’est ce que révèle une étude publiée début avril dans The Lancet. La quasi-totalité de ces décès serait provoquée par des maladies cardiovasculaires, et le reste par des cancers et le diabète de type 2 souvent associé à l’obésité et aux modes de vie (sédentarité, alimentation déséquilibrée). Selon ses auteurs, plus de la moitié des décès en 2017 était causée par des carences en noix, graines, lait et céréales complètes. À l’inverse, les boissons sucrées, la viande transformée et le sel sont trop consommés. Près de 2 milliards de personnes seraient ainsi « suralimentées », quand près de 1 milliard souffrirait de malnutrition, selon les Nations unies. « Cette étude montre ce que nous sommes nombreux à penser depuis des années : une mauvaise alimentation est responsable de davantage de morts qu’aucun autre facteur de risque au monde », affirme l’un des auteurs Christopher Murray. Un constat catastrophique… mais avec de grosses disparités selon les pays, est-il important de souligner. Ceux avec les plus importants taux de décès liés à une mauvaise alimentation sont l’Ouzbékistan, avec 892 morts pour 100 000 habitants, et l’Afghanistan. À l’inverse, ceux où cette proportion est la plus faible sont Israël (89 morts pour 100 000 habitants), la France, l’Espagne et le Japon. À noter également que les chercheurs reconnaissent la difficulté d’établir le lien entre l’alimentation et les décès avec autant de certitude que dans le cas d’autres facteurs de risque, comme le tabac. Cette étude sera sûrement utilisée à charge par les anti-viandes en France. Elle devrait à l’inverse permettre de nuancer la légitimité de ces attaques, alors que notre pays s’affiche plutôt parmi les bons élèves en matière d’alimentation et que les substituts proposés à la viande sont souvent des produits ultratransformés, pas forcément les meilleurs pour la santé. Faire preuve de responsabilité serait, comme vient de le faire Interbev, d’afficher un message en faveur d’une alimentation équilibrée et de davantage promouvoir l’activité physique.