Aller au contenu principal

Mieux vaut éviter le Bisphénol B, selon l’Anses

« Le Bisphénol B présente des propriétés endocriniennes similaires à celles du Bisphénol A », telle est la conclusion des experts de l’Anses dont les travaux ont été publiés aujourd’hui dans la revue Environmental Health Perspectives. L’article présente les résultats de l’évaluation des propriétés de perturbation endocrinienne du bisphénol B (BPB) menée en septembre 2018 dans le cadre de la Stratégie nationale sur les perturbateurs endocriniens (SNPE 1). Les données obtenues ont mis en évidence la capacité du BPB à interférer avec la voie de signalisation des œstrogènes, à réduire la production de testostérone, à altérer la stéroïdogenèse, à modifier la spermatogénèse chez les rats et les poissons-zèbres, ainsi que la reproduction des poissons.

Ce contenu est réservé aux abonnés soit "Quotidien", soit "Hebdo", soit les deux. Vous devez avoir l'abonnement approprié pour consulter cet article.

Nous vous invitons à vous connecter si vous êtes déjà membre ou à découvrir nos offres d’abonnement.


En relation

Autres filières
Des substances potentiellement nocives dans des emballages de fast-food

Des emballages imperméables à la graisse pour les pizzas, les hamburgers et d’autres aliments…

Réglementation
Bruxelles s’attaque aux hydrocarbures d’huiles minérales

Les filières alimentaires des pays membres sont appelées à recueillir des…

Les acteurs de l'agroalimentaire
L’Anses s'inquiète des huiles minérales dans les emballages

L’Anses vient de recommander « de mieux caractériser la composition des mélanges d’huiles…

Dossiers
Mieux prévenir la contamination par les huiles minérales

Aucune réglementation spécifique n’a encore été adoptée en France pour…