Aller au contenu principal

L’exposition aux perturbateurs endocriniens mesurée

Le bisphénol A ou ses substituts S et F ont été détectés dans la quasi-totalité des échantillons. © DR

Santé publique France a présenté les résultats d’une enquête évaluant l’imprégnation de la population en polluants domestiques, cosmétiques et alimentaires. Cette enquête s’est déroulée d’avril 2014 à mars 2016. Il apparaît que l’alimentation reste une source d’exposition (parmi d’autres) aux perturbateurs endocriniens que sont les bisphénols, notamment le A (BPA), et les phtalates. Cette exposition étant liée aux emballages et matériaux entrant en contact avec les matières premières et produits.

Ce contenu est réservé aux abonnés soit "Quotidien", soit "Hebdo", soit les deux. Vous devez avoir l'abonnement approprié pour consulter cet article.

Nous vous invitons à vous connecter si vous êtes déjà membre ou à découvrir nos offres d’abonnement.


En relation

Autres filières
Œufs contaminés : la population française hors de danger

Le ministère de l’Agriculture a déclaré vendredi qu’aucune utilisation du produit contenant du…

Autres filières
56 opérateurs victimes de la fraude au fipronil

Le point ministériel daté du 14 août sur la contamination au fipronil d’œufs…

Les acteurs de l'agroalimentaire
Les Français plus sensibles aux discours des « anti »

Depuis 2013, les inquiétudes alimentaires des Français ont évolué.

Fruits et légumes
Eviter la consommation de betteraves crues, recommande la DGCCRF

La DGCCRF rappelle aux consommateurs ainsi qu’aux professionnels et gestionnaires d’…