Aller au contenu principal

Les ports bretons veulent jouer plus collectif

Norbert Métairie, maire de Lorient ; Mickaël Quernez, vice-président du conseil départemental du Finistère ; Loïc Chesnais-Girard, président du conseil régional de Bretagne ; Alain Cadec, président du concile départemental des Côtes d’Armor. © F. J.

Représentant la moitié des produits de la mer vendus sous criée en France, les treize ports de pêche bretons dotés d’une halle à marée (91 300 tonnes débarquées en 2018) veulent s’inventer un futur radieux. Dans un contexte concurrentiel de plus en plus fort amplifié par l’incertitude du Brexit, leurs gestionnaires ont officiellement activé, vendredi 22 mars, le groupement interportuaire Pêche de Bretagne. Leur idée ? Gagner en compétitivité par le service en améliorant et en coordonnant la mise en marché des captures dans toutes les criées, et en développant les synergies entre des places aujourd’hui concurrentielles. Sans attendre le lancement du GIP, plusieurs chantiers ont été ouverts ces derniers mois.

Ce contenu est réservé aux abonnés soit "Quotidien", soit "Hebdo", soit les deux. Vous devez avoir l'abonnement approprié pour consulter cet article.

Nous vous invitons à vous connecter si vous êtes déjà membre ou à découvrir nos offres d’abonnement.


En relation

Fruits et légumes
Aux Halles Tourangelles dans le réseau Le Saint

Le grossiste Aux Halles Tourangelles, distributeur de fruits et légumes frais, bio, marée 4e et…

Produits de la mer
L’huître espionne infiltre les parcs

Une huître en plastique fabriquée par la société ASM Seriplast, en Vendée, est à l’essai dans…

Volailles
Fermiers du Sud-Ouest investit pour le Poulet d’ici

La filiale de Maïsadour résiste bien sur les volailles fermières et améliore…

Fruits et légumes
Charlet et Advitam s’associent pour distribuer du frais des Hauts de France

La même détermination à promouvoir les produits frais agricoles des Hauts de France conduit deux…