Aller au contenu principal

Les efforts des planteurs « pas suffisamment pris en compte »

Pierre Rayé, directeur général de la Confédération française des planteurs de betterave. © CGB

Les Marchés Hebdo : De quelles façons les planteurs contribuent-ils à l’augmentation de la compétitivité du sucre de betterave européen sur le marché mondial ?

Pierre Rayé : Depuis vingt ans, les planteurs ont augmenté leurs rendements de 40 % tout en utilisant moins de produits de protection des plantes et d’engrais azotés. Cette année, la durée de campagne va s’allonger de 30 %, ce qui permet aux fabricants de diminuer leurs coûts. Là-dessus, les efforts faits par les planteurs, qui récoltent plus tôt, ne sont, pour l’instant, pas suffisamment pris en compte par les fabricants.

LMH : À quelles conditions les transformateurs vont-ils entretenir des relations durables avec les planteurs ?

Ce contenu est réservé aux abonnés

Nous vous invitons à vous connecter si vous êtes déjà membre ou à découvrir nos offres d’abonnement.


En relation

Dossiers
La relation contractuelle en question

La relation entre un fabricant de sucre et ses fournisseurs en betteraves est cadrée par l’…

Dossiers
« L’accord interprofessionnel donne trois ans de visibilité »

Les Marchés Hebdo : Comment se caractérise la nouvelle…

Autres filières
Sucre : les planteurs de betteraves veulent renouveler la contractualisation

A l’approche du congrès de la Confédération générale des betteraviers (CGB), 18 décembre à Paris…

Carnet
Franck Sander

Après onze ans à la présidence de la Confédération générale des planteurs de betteraves (CGB),…