Aller au contenu principal

L’émulation des start-up compense le retard français

L'espace foodtech lors du Sial Paris 2018. © DR

« Aujourd’hui, la foodtech en France, c’est près de 500 start-up. Il y a deux ans, la France était clairement en retard au niveau européen, notamment par rapport à l’Allemagne et au Royaume-Uni, mais c’est en train de changer », déclarait Xavier Boidevézi, secrétaire national de la foodtech, à l’occasion de la première participation de la foodtech au Salon international de l’alimentation. Tous les jours, l’imagination de jeunes entrepreneurs vient gonfler les rangs de cet écosystème en pleine ébullition. Deux grandes tendances d’innovation se dégagent : la nutrition et « nourrir la planète en 2050 ».

Aujourd’hui, la foodtech en France, c’est près de 500 start-up

Ce contenu est réservé aux abonnés

Nous vous invitons à vous connecter si vous êtes déjà membre ou à découvrir nos offres d’abonnement.


En relation

Dossiers
Quand les start-up inspirent les grands groupes

« Les grands groupes avaient encore un regard complaisant sur la foodtech française il y a…

Produits laitiers
Lactips lève 3,7 M€ pour commercialiser son matériau plastique à base de protéines de lait

Lactips a clôturé mi-juillet dernier une augmentation de capital de 3,7 millions d’euros.

Dossiers
Panorama des innovations présentées à Paris

Alors que le Sial a fermé ses portes le 20 octobre dernier, Les Marchés…

Les acteurs de l'agroalimentaire
InVivo finance l’innovation

InVivo vient d’annoncer la création d’InVivo Invest, son fonds privé d’investissements dédié aux…