Aller au contenu principal

Le sucre français se restructure à nouveau

Sucrerie d'Eppeville © Stéphane LEITENBERGER

Le groupe allemand Südzucker, propriétaire de Saint Louis Sucre, et le groupe coopératif Cristal Union ont décidé ces derniers mois de sacrifier des sucreries françaises. Südzucker maintient son intention de faire disparaître l’an prochain deux usines de transformation de betteraves, persistant dans son refus de les céder en dépit de l’insistance du syndicat betteravier, la CGB : celles de Cagny (Calvados) et d’Eppeville (Somme).

Ce contenu est réservé aux abonnés soit "Quotidien", soit "Hebdo", soit les deux. Vous devez avoir l'abonnement approprié pour consulter cet article.

Nous vous invitons à vous connecter si vous êtes déjà membre ou à découvrir nos offres d’abonnement.


En relation

Dossiers
Comment les sucriers se sont préparés à l’après-quota

Les trois principaux industriels du sucre français résultent de regroupements relativement…

Dossiers
Une difficile première année sans quotas sucriers

Les industriels utilisateurs de sucre présents dans l’Union européenne (UE) ont immédiatement…

Dossiers
« L’accord interprofessionnel donne trois ans de visibilité »

Les Marchés Hebdo : Comment se caractérise la nouvelle…

Autres filières
Sucre : les planteurs de betteraves veulent renouveler la contractualisation

A l’approche du congrès de la Confédération générale des betteraviers (CGB), 18 décembre à Paris…