Aller au contenu principal

Le poulet ukrainien ne faiblit pas

Sauf si les professionnels européens viennent à changer les règles à l’échelle communautaire, la pression du poulet ukrainien en Europe ne devrait pas faiblir ces prochains mois. Le département américain de l’Agriculture (USDA) estime à 3,3 % la hausse de la production ukrainienne cette année et prévoit une croissance de 7 % pour 2019. La consommation intérieure ne sera pas en mesure d’absorber cette production supplémentaire, progressant moins rapidement (+2,2 % en 2018 et +1,4 % en 2019). Ces volumes additionnels seront dirigés vers l’export, et en priorité vers l’Europe, qui devrait recevoir cette année 35 % des exportations ukrainiennes, selon l’USDA.

Ce contenu est réservé aux abonnés

Nous vous invitons à vous connecter si vous êtes déjà membre ou à découvrir nos offres d’abonnement.


En relation

Aviculture
Volaille : l’Europe accroît sa présence en Afrique

Volaille : 2017 a commencé sur une tendance plus positive pour les filières…

Aviculture
Dinde : la France s’affirme en Europe

La filière dinde française a vécu une année 2017 synonyme de moindre pression des importations…

Aviculture
Volaille : plus d’offre, moins d’imports

L’Union européenne (UE) a réduit de 8,6 % ses importations de volaille au premier trimestre, à…

Aviculture
Fluidité retrouvée pour la dinde française

Volaille : Après de nombreux mois synonymes de retards d’enlèvement, le marché…