Aller au contenu principal

Le Breton Hénaff se projette dans un futur durable

A priori, la conserverie Hénaff présentera en 2030 un visage bien différent de celui qui est aujourd’hui le sien. Non seulement elle veut transformer son activité fondée sur le pâté appertisé et les saucisses fraîches (45,5 millions d’euros de chiffre d'affaires en 2018 dont 7 % à l’exportation avec 281 collaborateurs) en visant, d’ici un peu plus de dix ans, une activité répartie en parts à peu près égales entre la charcuterie conventionnelle, le bio et les produits de la mer – une perspective non encore chiffrée. Mais elle veut y parvenir en répondant aux attentes sociétales.

Ce contenu est réservé aux abonnés soit "Quotidien", soit "Hebdo", soit les deux. Vous devez avoir l'abonnement approprié pour consulter cet article.

Nous vous invitons à vous connecter si vous êtes déjà membre ou à découvrir nos offres d’abonnement.


En relation

Charcuterie-Traiteur, Bio
Fleury Michon s’organise pour sortir de la crise

Avec des résultats 2017 en forte baisse (-64,9 % pour le résultat opérationnel et -48,8 % pour…

Les acteurs de l'agroalimentaire, Bio
Nutrition & Santé se concentre sur les trois « sans »

C’est l’un des fleurons de l’agroalimentaire français.

Les acteurs de l'agroalimentaire, Bio
Carrefour mise sur une refonte de son offre alimentaire

Le 23 janvier dernier, Alexandre Bompard, président-directeur général de Carrefour, présentait…

Les acteurs de l'agroalimentaire, Bio
Danone prend trois engagements dans le bio, la nutrition et l'agriculture durable

Ce mercredi matin, Danone France annonce prendre trois engagements « forts en France pour offrir…