Aller au contenu principal

La DGAL et Lactalis répondent à l'article du Canard enchaîné

Usine Lactalis de Craon

L’usine de Craon de Lactalis avait fait l’objet d’une visite de routine de la direction départementale de la cohésion sociale et de la protection des populations (DDCSPP) en septembre dernier, trois mois avant qu’éclate l’affaire des laits infantiles contaminés à la salmonelle. « D’après ces inspecteurs vétérinaires rattachés au ministère de l’Agriculture, le site de Celia Craon était blanc comme lait, ce qu’ils ont bien pris soin de consigner dans leur rapport », dénonce le Canard enchaîné ce jour dans un article titré « Lait infantile : les contrôleurs étaient aveugles ». Et l’hebdomadaire satirique de s’étonner de ce résultat, par la voix d’un expert en sécurité sanitaire des aliments, d’autant plus qu’il affirme qu’au mois d’août dernier, « Lactalis Nutrition Santé avait repéré des salmonelles sur du matériel de nettoyage et sur les carrelages. Et rebelote en novembre, deux mois après le compte rendu rassurant des vétérinaires de la Mayenne ! ».

Extrait du Canard enchaîné

Dénonçant « le jeu trouble de Lactalis », le Canard enchaîné termine son article en affirmant que si le préfet de la Mayenne a ordonné une fermeture partielle de l’usine, la fabrication des boîtes de céréales continue sur place. 

Titre du Canard enchaîné

 

Selon France 3 Mayenne, le préfet de la Mayenne Frédéric Veaux n'a pas apprécié que le Canard enchaîné mette en cause les services vétérinaires. Face à la presse locale mercredi 3 janvier, il a notamment pointé des erreurs de dates dans les informations publiées par l'hebdomadaire.

Contactée par Les Marchés, la direction générale de l'alimentation (DGAL) au ministère de l'agriculture, précise que l'inspection évoquée par le Canard enchaîné et réalisée en septembre dernier par les services vétérinaires départementaux « ne portait pas sur l'ensemble du site mais sur un nouvel atelier de mélange à sec de céréales », « cette inspection n'ayant révélé aucune anomalie ». 

Concernant les inspections internes de Lactalis, mises en avant par l'article du Canard enchaîné, la DGAL nous informe que si un industriel a l'obligation réglementaire de notifier aux services de l'état la découverte d'une contamination lors d'auto-contrôle sur les produits finis, il n'en va pas de même pour une contamination sur l'environnement de production, l'industriel devant alors seulement tenir les résultats à disposition des services de l'Etat.

Lactalis confirme l'arrêt de l'usine de Craon et s'explique sur les analyses

Le groupe Lactalis a expliqué hier soir dans un communiqué que les « deux seules analyses positives l'une en août et l'autre en novembre de traces de salmonelle ont été révélées uniquement dans l'environnement et non dans les produits » et d'affirmer que « toutes les analyses faites en application des normes officielles jusqu'au rappel des produits ont confirmé une absence de salmonelle dans les produits ». Par ailleurs, contrairement à ce qu'écrit l'hebdomadaire satirique, Lactalis a confirmé l'arrêt de toutes les activités de production de lait et produits infantiles de l'usine de Craon depuis le 8 décembre 2017.


En relation

Produits laitiers
Salmonelle : Lactalis étend son rappel à la totalité de la production depuis février

Le groupe Lactalis annonce, ce jeudi 21 décembre, sa décision de rappeler l’…

Produits laitiers
Affaire Lactalis : demande d’une commission d’enquête parlementaire

Geoffroy Didier, secrétaire général délégué des Républicains (LR), a demandé ce jeudi 11 janvier…

Produits laitiers
Le gouvernement tire à boulet rouge sur Lactalis

« L’Etat s’est substitué à une entreprise défaillante dont je rappelle qu’elle est la seule…

Réglementation
L’affaire Lactalis met en cause les autocontrôles

Il aura fallu un article du Canard enchaîné pour que Lactalis communique sur deux…