Aller au contenu principal

La Turquie ferme ses frontières aux blés russes

© EU/AFP/Atte Kajova

Le blé à Chicago reste sous la pression baissière du retour annoncé des pluies sur les grandes plaines américaines. En Europe, il souffre d’une remontée de l’euro à son plus haut niveau depuis février. Le marché s’interroge surtout sur les conséquences de la fermeture des frontières turques aux blés russes, ceux-ci reprochant à Ankara de subventionner fortement ses moulins pour s’accaparer un important débouché en farines à l’export. Aux dernières nouvelles les blés US, allemands et roumains seraient également exclus du marché turc alors que l’on estime leurs besoins à l’importation à environ 800 000 t d’ici la fin de la campagne. L’orge se stabilise dans la perspective d’une nouvelle affaire avec l’Arabie saoudite. 

Ce contenu est réservé aux abonnés soit "Quotidien", soit "Hebdo", soit les deux. Vous devez avoir l'abonnement approprié pour consulter cet article.

Nous vous invitons à vous connecter si vous êtes déjà membre ou à découvrir nos offres d’abonnement.


En relation

Céréales
Céréales : incertitude et confusion

Après un week-end prolongé par la fête du travail, aux États-Unis, le marché du blé à Chicago, à…

Oléoprotéagineux
Soja, maïs et blé pris dans la guerre commerciale

Les cours du soja, du maïs et du blé ont reculé lundi à Chicago dans un environnement de…

Céréales
Augmentation des prévisions d’export de blé tendre

Le marché attend avec une impatience le rapport de l’USDA du 8 février et se montre prudent.

Céréales
Chicago : le blé monte face aux craintes sur la production

Les cours du blé ont terminé en nette hausse mercredi à Chicago alors que la production mondiale…