Aller au contenu principal

La restauration collective forcée à revoir ses pratiques

© Ville de Nîmes

Votée, publiée et validée en majorité par le Conseil constitutionnel, la loi Agriculture et Alimentation organise une montée en puissance des produits biologiques, locaux et sous signes de qualité dans l’approvisionnement de la restauration collective. Au plus tard le 1er janvier 2022, la moitié des produits (a priori en valeur d’achat) servis en restauration collective devra être issue de filières de qualité, locales ou biologiques. L’objectif de 20 % de produits biologiques a été retenu.

Ce contenu est réservé aux abonnés

Nous vous invitons à vous connecter si vous êtes déjà membre ou à découvrir nos offres d’abonnement.


En relation

Les acteurs de l'agroalimentaire, Bio
L'objectif de 50% de bio dans les cantines sera dans la loi

L'objectif de passer à 50% de produits bio et locaux dans la restauration…

Les acteurs de l'agroalimentaire
#Ega : les élus rejettent le projet de loi

Le conseil national d’évaluation des normes (Cnen) a donné un avis défavorable le 11 janvier sur…

Témoignages, Bio
#Ega : les élus rejettent l’article 10 du projet de loi

Le conseil national d’évaluation des normes (Cnen) a donné un avis défavorable le 11 janvier sur…

Réglementation, Bio
La loi Alimentation engendrera un surcoût des repas

Quel sera l’impact de l’article 11 encadrant la composition des menus servis dans la…