Aller au contenu principal

[Edito] La bonne résolution de rentrée

Ranger la maison, faire plus de sport, ne plus grignoter entre les repas, avoir un meilleur équilibre vie professionnelle/vie privée… La rentrée de septembre est toujours l’occasion de prendre de bonnes résolutions, ragaillardi par les quelques semaines de repos de l’été. Et si, vous, industriels et distributeurs preniez la BONNE résolution de fin 2019 : afficher la transparence totale sur les ingrédients des produits alimentaires, viandes et produits laitiers en tête ? Le consommateur veut savoir ce qu’il mange, aimerait soutenir les agriculteurs français en difficulté, en allégeant leur bilan carbone, avec des produits de proximité. Cette demande est légitime, il faut y répondre. Oliviers Dauvers, expert de la distribution et président de think tank Les Échos, a raison de titiller les enseignes de la distribution sur les réseaux sociaux quand elles vantent l’origine France sur certains produits et se montrent les plus discrètes possible sur les produits pas vraiment bleu, blanc, rouge (avec le fameux origine UE par exemple). #Balancetonorigine, on peut toujours critiquer ce type de hashtag délateur. « N’y a-t-il pas d’autres moyens de faire bouger les choses, sans incriminer des produits et des marques et risquer de voir leur consommation réduite ? » diront certains. « Mais puisque l’affichage est réglementaire, pourquoi créer la polémique ? Pas de contraintes supplémentaires par rapport aux concurrents européens ! » diront d’autres. Les mêmes s’inquiéteront que les filières agroalimentaires françaises perdent des points, décrochent par rapport aux filières voisines. Mais si le moyen de s’en sortir, de retisser des liens forts entre chaque maillon de la chaîne, en reconquérant des parts de marché, était de jouer la solidarité avec l’amont agricole et d’afficher la couleur aux consommateurs ? Ces derniers accepteraient peut-être de payer un peu plus cher pour l’origine France, ce qui compenserait ainsi les éventuels surcoûts d’approvisionnement et d’étiquetage. À condition que cette origine s’accompagne de garanties fortes sur les autres attentes sociétales en matière de qualité, de bien-être animal et de respect de l’environnement. Alors ? Chiche ?