Aller au contenu principal

Les élus soutiennent l’abattoir de Villefranche-de-Rouergue

La société d’économie mixte de l’abattoir de Villefranche-de-Rouergue (Semav) ne peut pas obtenir son agrément sanitaire définitif tant que toutes les chaînes d’abattage ne sont pas mises aux normes. D’importants travaux ont été réalisés pour la chaîne bovine, mais l’administration exige l’engagement de travaux sur les deux autres chaînes ovine et porcine. C’est la commune de Villefranche, par ailleurs propriétaire des locaux, qui portera ces derniers travaux de mise aux normes. De son côté, Ouest Aveyron Communauté – qui détient 3 % du capital social de la Semav – a accepté de verser une avance en compte courant d’associé à hauteur de 350 000 euros pour permettre au syndicat de faire face à ses charges de fonctionnement en attendant de pouvoir exploiter l’abattoir.

Ce contenu est réservé aux abonnés soit "Quotidien", soit "Hebdo", soit les deux. Vous devez avoir l'abonnement approprié pour consulter cet article.

Nous vous invitons à vous connecter si vous êtes déjà membre ou à découvrir nos offres d’abonnement.


En relation

Produits laitiers
LDC Bretagne intéressé par les saucisses de Tilly Sabco

La date limite de dépôt des offres de reprise de Tilly Sabco, placé en redressement judiciaire…

Viandes
Ovins : possible retour de l’offre britannique

Bovins : Le marché européen de la viande bovine n’a pas présenté de grand…

Viandes
Excédents de viande  : trois ministres de l'UE pour une distribution aux réfugiés

Stéphane Le Foll et ses homologues allemand et polonais, Christian Schmidt et Krzysztof Jurgiel…

L'Écho des fournisseurs
Du bœuf local dans les cantines angevines

L’association des responsables de restauration collective (Agores) a organisé en septembre la 4…