Aller au contenu principal

L’Ania défend le système

« Nous attendions ces ordonnances. Nous allons pouvoir enfin poursuivre ces négociations commerciales dans un cadre juridique clair pour tous les acteurs de la filière », a réagi Richard Girardot, président de l’Ania le 14 décembre à l’issue de la sortie de l’ordonnance, publiant à cette occasion une charte d’engagement des entreprises alimentaires. Ce document justifie le bien-fondé des nouvelles mesures. Pourquoi relever le SRP ? « Pour que les produits alimentaires soient vendus à un prix tenant compte de l’ensemble de leurs coûts de production et de distribution », peut-on lire dans la charte. Pourquoi encadrer les promotions ?

Ce contenu est réservé aux abonnés

Nous vous invitons à vous connecter si vous êtes déjà membre ou à découvrir nos offres d’abonnement.


En relation

Les acteurs de l'agroalimentaire
Le Cese adopte un avis sur la compétitivité des filières agroalimentaires

Le Conseil économique, social et environnemental (Cese) a adopté, le 24 janvier, en séance…

Réglementation
Compétitivité : le Cese formule des préconisations

Après avoir audité un certain nombre d’acteurs de la filière agroalimentaire, le Conseil…

Les acteurs de l'agroalimentaire
Ania, Coop de France, Fnsea et Ilec vent debout contre la distribution

L’Ania, Coop de France, la Fnsea et l’Ilec appellent l’Etat à faire respecter la loi et les…

Les acteurs de l'agroalimentaire
Loi Alimentation : « vigilante » la FNSEA attend les ordonnances

 « Nous sommes satisfaits de l'esprit général du texte et du fait qu'il arrive au tout début…