Aller au contenu principal
Selon une récente étude

Consommer régulièrement bio réduirait les risques de cancer

Une diminution de 25% du risque de cancer a été observée chez les consommateurs « réguliers » d’aliments bios, par rapport aux personnes qui en consomment moins souvent. C’est ce que révèle une étude épidémiologique menée par une équipe de l’Inra, Inserm, Université Paris 13, Cnam, avec un échantillon de 68 946 participants de la cohorte NutriNet-Santé. « Bien que le lien de cause à effet ne puisse être établi sur la base de cette seule étude, les résultats suggèrent qu’une alimentation riche en aliments bios pourrait limiter l’incidence des cancers », notent toutefois les auteurs de l’étude publiée dans le JAMA Internal Medicine du 22 octobre. L’étude a observé une baisse de 34% du risque de cancers du sein chez les femmes ménopausées consommant régulièrement du bio et de 76% du risque de lymphomes, et ceux même en prenant en compte divers facteurs de risque pouvant impacter cette étude (facteurs sociodémographiques, alimentation, modes de vie, antécédents familiaux). La présence de résidus de pesticides synthétiques dans les produits conventionnels et des teneurs potentiellement plus élevées en certains micronutriments dans le bio, sont avancées comme hypothèses pour expliquer ce phénomène. « Les conclusions de cette étude doivent être confirmées par d’autres investigations conduites sur d’autres populations d’étude, dans différents contextes », concluent les auteurs.


En relation

Aviculture, Bio
Œufs : des ventes toniques fin 2016, surtout pour l’alternatif

La hausse sensible des cours des œufs en fin d’année dans l’Hexagone est en partie liée à la…

Produits laitiers, Bio
Fromages biologiques : toujours toniques

Les achats des ménages de fromages biologiques ont bondi de 21,9 % sur les quatre premières…

Focus produits, Bio
Les ventes du bio ont crû de 20 % en 2016

7 milliards d’euros de chiffre d’affaires, 47 185 opérateurs enregistrés, 1,5…

Aviculture, Bio
Croissance à deux chiffres pour l'œuf biologique

La consommation français d'œufs peine à se maintenir.