Aller au contenu principal

Bovins : la Turquie, c’est fini !

Le marché turc est extrêmement volatil, notamment depuis la plongée de la livre turque liée en partie à des tensions avec les États-Unis. Ankara a récemment fait un geste, les relations pourraient s’améliorer, mais dans un contexte d’instabilité politique dans le pays, les investisseurs étrangers restent frileux. Malgré un protocole signé l’an dernier, la France n’a pas repris ses envois de bovins vifs vers la Turquie. En cause, des conditions sanitaires trop drastiques et la faible compétitivité des animaux français dans une économie turque dégradée. Du côté de la viande, la France était le cinquième fournisseur de la Turquie au second semestre, avec 1 % de parts de marché, loin derrière la Pologne (74 %).

Ce contenu est réservé aux abonnés

Nous vous invitons à vous connecter si vous êtes déjà membre ou à découvrir nos offres d’abonnement.


En relation

Viandes
La Libye : débouché porteur pour les ovins européens

Ovins : Selon Bruxelles, l’Union européenne a exporté 69 283 tonnes équivalent…

Viandes
Agneau : hausse de l’offre britannique en 2017

Ovins : Les disponibilités d’agneaux outre-Manche devraient progresser en 2017…

Viandes
Bovins : nette hausse des exportations de l’UE en 2016

Bovins : Les exportations de viande bovine et d’animaux vifs de l’Union…

Viandes
Agneaux : hausse des exportations européennes

Ovins : Les cours des agneaux lourds se raffermissent en Europe, ils n’en…