Aller au contenu principal

Beurre : un commerce toujours soutenu

Malgré les récentes fluctuations dans les cotations du beurre et, dans une moindre mesure, des poudres grasses, les opérateurs estiment que la période n’est pas à de grands mouvements de marché pour ce type de produits. Les prix conservent des niveaux élevés et semblent être parvenus à un palier, à la faveur d’un rapport offre/demande relativement proche de l’équilibre. Si les tensions liées à l’Ukraine avaient précédemment suscité des inquiétudes quant aux exportations communautaires de beurre vers la Russie, l’évolution des relations entre la Fédération et l’UE laisse espérer un maintien des volumes de livraison, volumes que les opérateurs devraient continuer surveiller de près.
En amont, malgré un dynamisme de la collecte de lait qui ne faiblit pas, les disponibilités en ingrédients laitiers destinés à l’industrie demeurent limitées. Plus rémunératrices pour les fabriquants de produits laitiers, les ventes à la grande distribution restent privilégiées. De plus, l’heure est la constitution de stocks pour assurer l’offre durant la période estivale. De quoi garantir un commerce fluide, une fois passées les commandes pour la préparation des fêtes pascales en Europe et du Ramadan au Moyen-Orient. La période se montre, en revanche, moins propice au commerce des poudres écrémées dont les cours sont orientés à la baisse.