Aller au contenu principal

Harfleur mange local grâce à la mutualisation

Dans les assiettes des élèves de Harfleur les produits sont à 36,6 % locaux, fermiers ou sous signe de qualité, le bio représentant 3,5 % en sus de cela. « Localement, on n’a pas l’offre pour atteindre les 20 % de bio sauf au printemps et en été, mais nous travaillons pour aller encore plus loin, car nos élus refusent le bio étranger », explique Christophe Hébert, chargé de la restauration municipale, qui a aussi repris le pôle éducation depuis deux ans. Il doit jongler avec d’autres contraintes. Harfleur, qui compte 8 500 habitants, est situé juste en bordure du Havre qui en compte 180 000 dans une agglomération de 350 000 personnes.

Ce contenu est réservé aux abonnés soit "Quotidien", soit "Hebdo", soit les deux. Vous devez avoir l'abonnement approprié pour consulter cet article.

Nous vous invitons à vous connecter si vous êtes déjà membre ou à découvrir nos offres d’abonnement.


En relation

L'Écho des fournisseurs
Du bœuf local dans les cantines angevines

L’association des responsables de restauration collective (Agores) a organisé en septembre la 4…

Témoignages
Toulouse alloue 400 000 € de plus à ses cantines

Pour 2017, la mairie de Toulouse a décidé d’allouer un budget de 400 000 euros pour la montée en…

Témoignages
Huit entreprises visitent l’atelier Toque & Sens de Sodexo

Dans le cadre de son projet AP’PROche, visant à rapprocher les entreprises alimentaires de la…

Témoignages
Pays de la Loire : 26 % des achats en proximité en restauration collective

Le préfet de la Région Pays de la Loire, Henri-Michel Comet, a présenté le 18 octobre les…