Aller au contenu principal

États généraux de l’alimentation : quelle contractualisation ?

Bruno Néouze, cabinet Racine

S’il n’appartient pas au juriste d’apporter son point de vue sur la vision de l’agriculture et de l’alimentation de demain développée par le président de la République sur la base des travaux des états généraux de l'alimentation (EGA), une mise en perspective des moyens proposés par rapport à l’existant n’apparaît pas inutile.

Ce contenu est réservé aux abonnés soit "Quotidien", soit "Hebdo", soit les deux. Vous devez avoir l'abonnement approprié pour consulter cet article.

Nous vous invitons à vous connecter si vous êtes déjà membre ou à découvrir nos offres d’abonnement.


En relation

Les acteurs de l'agroalimentaire
Les députés adoptent une nouvelle forme de contractualisation

Après de longs débats, les députés ont adopté cette nuit le premier article du projet de loi…

Les acteurs de l'agroalimentaire
U Enseigne demande l’application des ordonnances au 1er janvier 2019

« Les dispositions des ordonnances doivent être mises en œuvre dès le 1er janvier…

Réglementation
Agir en justice avec pertinence : une nécessité

Un contentieux dans le cadre de la propriété intellectuelle se traite par une…

Les acteurs de l'agroalimentaire
Législatives : les demandes de l’agriculture et de l’agroalimentaire bretons

À quelques jours du premier tour des élections législatives, le collectif Agri Agro de Bretagne…