Aller au contenu principal

Embellie pour les viandes rouges d’ici à 2027

De 2008 à 2017, selon la FAO, la consommation mondiale de volaille par habitant a progressé de 16 %. Elle devrait continuer de progresser ces dix prochaines années — la volaille devant a priori rester la viande la moins chère — quoique à un rythme moins soutenu (+5,5 %). Dans le même temps, la consommation individuelle de viande de porc pourrait rester stable, malgré une possible forte hausse dans les pays où cette viande demeure populaire (Amérique latine, Philippines, Thaïlande, Vietnam…). En revanche, la FAO n’exclut pas une baisse en Chine du fait du niveau actuel, déjà élevé. L’organisation précise que si la contribution de la Chine à la demande mondiale a été de 65 % cette dernière décennie, elle ne pourrait être que de 45 % d’ici à 2027.

Bœuf et veau pourraient profiter d’un petit regain d’intérêt (+3,5 %) ces dix prochaines années, sous l’impulsion de la Chine notamment, compensant en partie la baisse de 5 % relevée entre 2008 et 2017. C’est la diversification des régimes alimentaires dans une partie des pays asiatiques qui pourrait soutenir la consommation mondiale de viande ovine. Une augmentation de 8 % en dix ans n’est pas improbable.


En relation

Viandes
Produits tripiers : une demande très disparate

En ce mois de novembre, déclaré mois des produits tripiers par la filière française, l’heure est…

Viandes
Produits tripiers : progression des achats début 2017

Le rayon des produits tripiers a connu différentes fortunes au premier trimestre 2017.

Viandes
Produits tripiers : les habitudes évoluent aussi

Les achats des ménages d’abats frais d’animaux de boucherie ont reculé de 3,6 % sur les neuf…

Viandes
Les achats de viandes de boucherie ont reculé de 3,9% en 2017

Après neuf ans de baisse, les achats en volume de viandes de boucherie fraîche, hors élaborés,…