Aller au contenu principal

Éleveurs et commerçants en bestiaux souhaitent que les cotations affichent les plus-values

© Réussir

Fait peu banal, la FNB (fédération nationale bovine) et la FFCB (fédération des commerçants en bestiaux) ont diffusé ce matin un communiqué commun dénonçant la pratique des compléments de prix à l’aval de la filière. Ces compléments de prix des bovins abattus « peuvent être versés plusieurs mois après l’acte d’achat », précise le communiqué. Ils ne sont pas clairement justifiés, regrette-t-on à la FNB. Mais le fond du problème est qu’ils « ne sont pas intégrés aux déclarations des prix des entreprises auprès de FranceAgriMer ». Ces pratiques « ont pour seul objet de manipuler les cotations », selon le communiqué. Objectivement, celles-ci s’en trouvent réduites.

Ce contenu est réservé aux abonnés soit "Quotidien", soit "Hebdo", soit les deux. Vous devez avoir l'abonnement approprié pour consulter cet article.

Nous vous invitons à vous connecter si vous êtes déjà membre ou à découvrir nos offres d’abonnement.


En relation

Viandes
Lidl signe une convention tripartite avec Puigrenier et CCBE/Sicagieb

Le 30 septembre, Lidl France a annoncé l’achat de 1 500 bovins à la suite d’une convention d’…

Viandes
Lidl France signe un contrat avec l'association Blondes du Pays d’Oc et Bigard

Le 21 février, Lidl France a signé un nouveau contrat tripartite avec l'association Blondes du…

Dossiers
Approvisionnement local à Intermarché

« Face à une offre pléthorique, le consommateur ne sait pas s’y retrouver.

Viandes
U signe un partenariat avec l’IGP Charolais de Bourgogne

A l’occasion du festival du bœuf, le 2 décembre à Charolles, la coopérative U Enseigne a signé…