Aller au contenu principal

Détecter automatiquement l'odeur de verrat

L’Ifip et Uniporc Ouest s’intéressent à une méthode de détection en abattoir de carcasses  malodorantes de porcs non castrés en analysant les taux de scatol et d’androstérone, les deux principaux marqueurs d’odeurs de verrats reconnus scientifiquement, indique nos confrères de Réussir Porc. Cette méthode est basée sur une analyse dite LDTD-MS/MS qui permet des cadences élevées : 350 porcs mâles à l’heure (soit une analyse toutes les 8 secondes). Considérant un ratio moyen de 50 % mâles et 50 % femelles abattus, cela correspond à une cadence d’abattage de 700 porcs par heure.

Ce contenu est réservé aux abonnés soit "Quotidien", soit "Hebdo", soit les deux. Vous devez avoir l'abonnement approprié pour consulter cet article.

Nous vous invitons à vous connecter si vous êtes déjà membre ou à découvrir nos offres d’abonnement.


En relation

Dossiers
Absorber l’oxygène au profit de la qualité

Les absorbeurs d’oxygène empêchent le produit sans conservateur de s’oxyder…

Carnet
Alain Jolly

Alain Jolly, 56 ans, vient de prendre la direction d’IDMer, l’institut technique dédié à la R…

Viandes
Or rouge, une tendreté testée et approuvée

Le 24 octobre lors des journées limousines de Limoges, CV Plainemaison a…

Les acteurs de l'agroalimentaire
Valorial attend les projets "disruptifs"

Le pôle de compétitivité appelle les entreprises de tous secteurs agroalimentaires à lui faire…