Aller au contenu principal

[Edito] Déconsommation ou valorisation ?

Selon Kantar, la déconsommation des produits de grande consommation en volume a débuté il y a trois ans. Un phénomène confirmé par Iri, d’après qui, entre 2016 et 2019, le marché des produits de grande consommation en GMS (tous circuits) a reculé de 0,4 % en volume alors que la population affiche une hausse de 0,6 %. Avec une accélération ces deux dernières années, souligne LSA. Des chiffres à prendre avec des pincettes, car ne concernant que les ventes des réseaux classiques. L’Insee a également observé cette tendance sur les huit premiers mois de l’année 2019. Le recul s’explique par le repli conjugué des volumes de denrées alimentaires, boissons mais aussi de produits bruts de l’agriculture et de la pêche. Cette baisse de la consommation en grandes surfaces alimentaires au 1er semestre ne concerne pas seulement la France, mais s’observe aussi en Europe (-0,5 % des ventes unitaires des PGC, selon Iri). Si la consommation a crû de 3,1 % en Grèce, 0,9 % en Italie et 2 % en Espagne, elle a diminué de 0,1 % en Allemagne, 0,3 % en France, 0,4 % au Royaume-Uni et de 1,8 %, aux Pays-Bas. Dans ces pays en décroissance, la baisse en volume s’accompagne d’une hausse des prix des unités de consommation de 0,7 % à 3,8 %, en passant par 1,8 % en France. Résultat : le chiffre d’affaires des industries agroalimentaires progresse. En France, il croît même de 2,5 % sur les huit premiers mois de l’année, soutenu par les produits de boulangerie-pâtisserie et pâtes alimentaires, les produits à base de fruits et légumes et les produits laitiers. Et bonne nouvelle, l’industrie agroalimentaire française a bénéficié en 2019 d’un retour à la hausse de l’excédent commercial (+11,5 % sur les huit premiers mois) grâce aux exportations. Difficile de faire des pronostics, mais peu de chance que la croissance des volumes reparte en 2020. Les grandes tendances de consommation doivent plutôt inciter l’industrie agroalimentaire à poursuivre vers la valorisation et à la diversification des débouchés (circuits spécialisés, restauration, exportation).