Aller au contenu principal
Consommation

Confiance mitigée des Français dans le bio

Les acteurs de la filière bio vont devoir faire preuve de pédagogie auprès des consommateurs. De plus en plus nombreux à acheter des produits bios, ils sont aussi de plus en plus nombreux à douter de leur origine, de la réglementation et des contrôles.

17% des consommateurs de produits bios le sont depuis moins d'un an. © DR

L’année 2018 a enregistré une forte progression de la part des nouveaux consommateurs réguliers, c’est-à-dire des personnes qui consomment au moins une fois par mois des produits alimentaires biologiques depuis moins d’un an : +17 % versus 9 % en 2017, d’après le dernier baromètre de consommation et de perception des produits biologiques de l’Agence bio. Ce baromètre révèle un renouvellement des générations marqué. 17 % des consommateurs de produits bios le sont depuis moins d’un an. « Il y a un renouvellement et une entrée massive de nouveaux consommateurs de produits biologiques. Le marché se démocratise, et c’est surtout le cas pour les jeunes générations de 18 à 24 ans », détaille Florent Guhl, directeur de l’Agence bio, lors de la présentation de ce baromètre à la presse le 21 février 2019. 27 % des 18 à 24 ans sont de nouveaux consommateurs depuis moins d’un an. Et 27 % de cette même génération ont l’intention d’augmenter leur consommation de produits biologiques.

L’environnement, l’éthique et le bien-être animal restent les raisons principales de ce choix chez les jeunes, quand le prix est toujours le frein majeur pour ceux qui ne franchissent pas le pas. Pour l’ensemble de la population française, la qualité gustative jusqu’à présent relayée en bas des choix des produits biologiques se retrouve en deuxième position derrière les raisons de santé. « La qualité gustative est en train de devenir un moteur de consommation », ajoute Florent Guhl.

Une nécessaire pédagogie

Petit revers de la médaille, l’arrivée de nouveaux consommateurs entraîne aussi une évolution des doutes sur ce qu’est un produit biologique, sur sa réglementation, son origine ou ses contrôles. 62 % des Français interrogés doutent sur le fait que le produit soit totalement biologique. « C’est une évolution notoire, observe Florent Guhl, qui est peut-être à attribuer aussi à la création de nouveaux labels qui surfent sur l’environnement, sur les nouvelles démarches qui se veulent vertes. »

61 % des Français ont une confiance mitigée dans les informations fournies sur les produits biologiques. Les consommateurs déclarent ne pas avoir assez d’informations sur l’origine des produits biologiques (51 %), la réglementation en agriculture biologique (63 %) et sur le contrôle des produits biologiques (63 %). Si les Français savent identifier un produit bio, connaissent les grandes lignes et principes de cette agriculture, leur niveau d’exigence en matière d’information augmente.

61 % informés de la présence de résidus de pesticides

Plus de la moitié des Français pensent toutefois que le cahier des charges de l’agriculture biologique est devenu plus exigeant au cours des cinq dernières années (53 %). Si seul un tiers de la population est informé de l’utilisation de substances actives naturelles, ils semblent plus au fait de la présence de résidus de pesticides détectés lors des contrôles. 56 % en étaient informés et 61 % parmi les consommateurs de produits bios. « La transparence, pour plus de réassurance, un des enjeux de demain ? » conclut l’Agence bio.

Réalisé auprès de 2 000 personnes entre le 23 novembre et le 7 décembre 2018.


En relation

Aviculture, Bio
Œufs : des ventes toniques fin 2016, surtout pour l’alternatif

La hausse sensible des cours des œufs en fin d’année dans l’Hexagone est en partie liée à la…

Produits laitiers, Bio
Fromages biologiques : toujours toniques

Les achats des ménages de fromages biologiques ont bondi de 21,9 % sur les quatre premières…

Focus produits, Bio
Les ventes du bio ont crû de 20 % en 2016

7 milliards d’euros de chiffre d’affaires, 47 185 opérateurs enregistrés, 1,5…

Aviculture, Bio
Croissance à deux chiffres pour l'œuf biologique

La consommation français d'œufs peine à se maintenir.