Aller au contenu principal

Comment faire profiter la production de la révolution numérique

Bosch

Progrès acquis ou à venir ? Cette question peut se poser au sujet de toute application technologique dans l’agroalimentaire. De nouvelles fonctions apparaissent ou s’améliorent en intégrant de l’internet des objets (IoT : Internet of things), de l’intelligence artificielle ou de la robotique. Les visiteurs du salon technique Europack Euromanut CFIA, du 19 au 21 novembre à Lyon, iront soupeser les promesses des équipementiers et prestataires.

Ce salon met en lumière les fonctions de convoyage, d’étiquetage, de conditionnement et d’entreposage. Dans toutes ces fonctions, il s’agit d’apprécier les progrès en matière d’efficacité opérationnelle, de maintenance, d’inspection ou de traçabilité.

Ce contenu est réservé aux abonnés soit "Quotidien", soit "Hebdo", soit les deux. Vous devez avoir l'abonnement approprié pour consulter cet article.

Nous vous invitons à vous connecter si vous êtes déjà membre ou à découvrir nos offres d’abonnement.


En relation

Dossiers
Animer pour piloter au plus juste l’outil de production

Optimiser l’emploi des ressources et matières premières demande un suivi…

Divers
« La France n'a pas encore compris qu'il fallait imposer un même langage collaboratif »

Les Marchés Hebdo : Fondateur du Groupe API (80 salariés…

Dossiers
Comment évoluer vers l’usine intelligente

Il ne faut surtout pas se laisser berner par les nouvelles technologies et croire qu’à elles…

Dossiers
Usines et équipements 4.0 : ce qui est déjà accessible

« Il y a beaucoup de données dans les usines agroalimentaires que l’on n’exploite pas »…