Aller au contenu principal

[Edito] : « Ce sont des imbéciles ! »

La filière viande en a gros sur le cœur et on la comprend. Les attaques répétées ces derniers mois de groupes militants antispécistes mettent les nerfs à vif des professionnels du secteur. Et le dernier épisode en date a de quoi révolter. L’enquête policière confirmera, si oui ou non, ce sont bien des activistes de la protection animale qui ont détruit l’abattoir Gesler dans l’Ain, dans la nuit du 27 au 28 septembre 2018, mettant 80 salariés d’une zone rurale au chômage technique. Mais alors que l’association 269 Libération animale avait justement appelé à une nuit debout devant les abattoirs et que six départs de feu volontaires ont été identifiés, cette piste criminelle semble pour l’heure plus que probable. À lire le communiqué poignant de la direction des Établissements Gesler, on a pourtant vraiment du mal à croire que la protection animale soit le moteur de ces individus et non le désir de pure violence gratuite. « Ils ont incendié un tracteur agricole garé sur une cuve remplie de 10 000 litres de fuel située juste en dessous de la bouverie qui contenait 40 bœufs et 17 veaux vivants », rapportent les gérants de l’abattoir qui, prévenus par une voisine des abattoirs, n’ont eu que le temps de mettre les bêtes en sécurité dans leurs stabulations. Comment se réclamer protecteur des animaux et mettre en péril, face à une mort atroce, des bêtes, certes vouées à être abattues dans les heures ou jours qui suivent, mais par des professionnels aguerris ? L’homme est à preuve du contraire encore omnivore et la consommation de la viande légale. « Ceux qui détruisent par substance incendiaire un abattoir ne sont pas des militants de la cause animale. Ce sont des imbéciles – et osons dire des cons – et pour la justice saisie, des criminels » : ce n’est pas un professionnel de la filière carnée qui le dit, ni moi, il s’agit du directeur juridique de l’OABA, qui agit depuis des années en faveur du bien-être animal. Espérons que le message sera entendu par certaines ONG et qu’elles réfléchiront un peu plus avant de tenter de lever une armée « d’imbéciles » contre des professionnels laborieux et consciencieux.