Aller au contenu principal

« Ce n’est pas parce que l’on fait un testament que l’on va mourir »

Dominique Amirault, président de la Feef. © DR

Les Marchés Hebdo : Vous avez dit en conclusion du colloque Agrofinance : « Souvent en France, il est plus intéressant de céder que de transmettre son entreprise, et c’est dramatique ». Est-ce l’avis de nombre de vos adhérents ?

Dominique Amirault : Oui, parce que fiscalement quand on compare avec les pays voisins, c’est souvent compliqué de transmettre en France et donc plus facile de céder. Même avec le pacte Dutreil. C’est pour cela que c’est difficile de devenir une ETI, d’autant plus que des grands groupes sont intéressés pour reprendre des PME. L’entrepreneur en France n’est pas perçu comme un créateur de richesse. Il est taxé car mal considéré.

Ce contenu est réservé aux abonnés

Nous vous invitons à vous connecter si vous êtes déjà membre ou à découvrir nos offres d’abonnement.


En relation

Épicerie
Ebro toujours à la recherche d’acquisitions

Le premier groupe agroalimentaire espagnol Ebro Foods a publié le 26 octobre un bénéfice net en…

Produits laitiers
Danone doit céder des activités pour acquérir WhiteWave

La Commission européenne a donné vendredi son feu vert, sous condition, à l'acquisition par le…

Volailles
Le rachat de Duc par Plukon entériné par les actionnaires

Les actionnaires du volailler Duc ont approuvé mardi en assemblée générale extraordinaire la…

Autres filières
Siparex entre au capital de Lebhar

Via son fonds Midcap 2, Siparex investit dans le groupe Lebhar, spécialisé dans la fabrication…