Aller au contenu principal

Blé : l’Égypte achète français

© Jean Charles Gutner

Depuis le début de la semaine les cours des céréales se sont consolidés sur des bases modestes qui stimulent l’opportunisme des grands pays importateurs dont l’appel d’offres par l’Égypte, pour la fourniture de 350 000 tonnes de blé tendre et une bonne surprise pour la France qui a réussi à insérer un bateau de 60 000 t entre les 230 000 t adjugées à la Russie et les 60 000 t à l’Ukraine. L’euro, installé autour de 1,11 $ depuis plus d’une décade contribue largement à la compétitivité du blé européen dans un climat de concurrence serrée avec l’origine Mer Noire.

Ce contenu est réservé aux abonnés soit "Quotidien", soit "Hebdo", soit les deux. Vous devez avoir l'abonnement approprié pour consulter cet article.

Nous vous invitons à vous connecter si vous êtes déjà membre ou à découvrir nos offres d’abonnement.


En relation

Céréales
La Turquie ferme ses frontières aux blés russes

Le blé à Chicago reste sous la pression baissière du retour annoncé des pluies sur les grandes…

Céréales
Céréales : tendance générale baissière

La baisse des cours du blé, suivie par l’orge, s’est accentuée tout au long de la semaine,…

Oléoprotéagineux
Chicago : maïs, blé et soja rebondissent

Les cours du maïs, du blé et du soja ont terminé en légère hausse mercredi à Chicago, profitant…

Oléoprotéagineux
Chicago : dans l’attente du rapport de l’USDA

Les cours du soja ont stagné tandis que ceux du maïs et du blé ont terminé en légère hausse…