Aller au contenu principal

Blé dur : la mauvaise récolte mondiale stimule les prix

© Réussir

Les prix du blé dur français étaient restés relativement stables depuis le début de l’année, autour de 220 €/t à Port La Nouvelle pour une bonne qualité semoulière, jusqu’à une forte accélération ces dernières semaines pour atteindre, lundi, 250/255 €. C’est, entre autres, la conséquence d’une offre mondiale estimée par le dernier rapport du CIC à 35,7 Mt, en retrait de 6 % sur 2018 et le plus bas niveau depuis 5 ans.

Le Canada, l’un des plus gros producteurs mondiaux et concurrent du blé dur français voit son estimation de récolte ramenée à 5 Mt contre 5,7Mt l’an dernier et la qualité de sa récolte dégradée. L’Italie, plus gros consommateur européen de blé dur connaît aussi des problèmes de qualité.

Ce contenu est réservé aux abonnés soit "Quotidien", soit "Hebdo", soit les deux. Vous devez avoir l'abonnement approprié pour consulter cet article.

Nous vous invitons à vous connecter si vous êtes déjà membre ou à découvrir nos offres d’abonnement.


En relation

Céréales
Chicago : baisse après un rapport sur les semis

Les cours du maïs, du blé et du soja ont baissé mercredi à Chicago après la publication d’un…

Céréales
Céréales : un rebond sans conviction

Le blé a rebondi hier à Chicago après avoir atteint son plus bas niveau depuis la création du…

Céréales
Blé et orge reprennent le chemin de la baisse

Période du 3 au 11 juin.

Céréales
Le retour des pluies aux États-Unis dope les cours

Période du 11 au 18 juin.