Aller au contenu principal

[Edito] Bataille de communication

Ministère de l'Agriculture

Presque tous les instruments de la boîte à outils « loi Alimentation » sont désormais à l’œuvre et déjà une question se dégage : la fameuse théorie du ruissellement va-t-elle fonctionner jusqu’au producteur ? Autrement dit, la grande distribution qui a regagné de la marge avec la hausse du SRP sur les principales marques de produits de grande consommation va-t-elle la redistribuer complètement en baisse de prix sur les MDD ou en cagnottage via la carte de fidélité au consommateur ? Ou va-t-elle, comme il en a été largement question lors des états généraux de l’alimentation, en profiter pour faire remonter le prix de ses achats à l’amont et ainsi permettre de revaloriser le revenu agricole ? Certaines enseignes affirment clairement qu’elles feront les deux, d’autres préfèrent mettre l’accent sur le pouvoir d’achat des consommateurs, comme d’habitude, tout en communiquant ici ou là lors d’un accord signé avec un industriel laitier. Comme dit le sénateur de Haute-Saône Michel Raison, en bon montagnard, c’est plutôt compliqué de faire ruisseler de l’aval vers l’amont ! À moins de coûteux systèmes de pompage, on n’a jamais vu de rivière remonter la montagne ! On verra au bout de deux ans si l’idée du législateur et des organisations de professionnels (FNSEA, Ania et FCD étaient d’accord sur le principe) fonctionne. En attendant, une bataille de communication s’engage. Chaque distributeur essaiera de montrer qu’il agit pour le consommateur et le producteur, quitte à avoir des comportements totalement schizophrènes. C’est dans ce contexte que le Sénat a souhaité, en examinant la loi Pacte, préciser les conditions d’utilisation du terme équitable, pour éviter ses utilisations abusives. Il ne devrait être réservé qu’aux seuls produits conformes à la définition du commerce équitable inscrit à l’article 94 de la loi sur l’Économie sociale et solidaire. Utile ? Pourquoi pas, si cela permet de sanctionner des communications abusives ! Ne serait-il pas préférable de développer des contrats tripartites sans le dire que de promouvoir des filières équitables qui ne le sont pas ?