Aller au contenu principal

Avis d’Interbev aux députés

Un feedlot canadien. © Humanefood.ca

Aujourd’hui, en fin d’après-midi, les députés auront à se prononcer pour ou contre la ratification du Ceta, l’accord de libre-échange entre l’UE et le Canada. En vue de ce vote, l’interprofession du bétail à viande, Interbev, les appelle à refuser de ratifier ce traité, après les avoir instruit ces derniers mois des conséquences encourues. « Il existe une véritable opposition entre standards de production de viandes bovines en France et au Canada », insiste Interbev. En résumé, le bœuf canadien importé pourra être nourri aux farines animales, être engraissé (au moins jusqu’à 2022) avec l’aide d’activateurs de croissance antibiotiques.

Ce contenu est réservé aux abonnés soit "Quotidien", soit "Hebdo", soit les deux. Vous devez avoir l'abonnement approprié pour consulter cet article.

Nous vous invitons à vous connecter si vous êtes déjà membre ou à découvrir nos offres d’abonnement.


En relation

Viandes
Baisse maximale en deux séances pour le porc français

Porcs : Le prix de base 56 TMP a perdu 1 centime, portant le repli sur une…

Viandes
L’UE développe ses ventes de bovins vivants

Gros bovins : Pour 2016, Bruxelles estime la production indigène brute…

Viandes
Porc : un commerce toujours aussi incertain

Porcs : L’orientation des cours ce jeudi à Plérin dépendra avant tout de celle…

Viandes
Gros bovins vifs : les prix reprennent de l’altitude

Gros bovins : Malgré un marché de la viande toujours terne et sans réelle…