Aller au contenu principal

« Le dossier nord-américain sera prioritaire cette année pour le jambon de Bayonne »

Pierre Harambat, président du Consortium du jambon de Bayonne. © DR

Les Marchés Hebdo : Comment l’export peut-il être le salut de la charcuterie française ?

Pierre Harambat : L’export est une solution parmi d’autres. Oui, il peut être un salut, car la filière est pas mal secouée sur son marché national. Cela peut donner un peu d’oxygène à la filière. Avec certes des concurrents très présents et très forts comme les Espagnols ou les Italiens, qui ont fait l’effort d’aller à l’export avant nous.

LMH : Comment le jambon de Bayonne peut-il s’imposer davantage face aux Serrano, pata negra, jambon de Parme, San Daniele et autres spécialités ibériques ou italiennes ?

Ce contenu est réservé aux abonnés

Nous vous invitons à vous connecter si vous êtes déjà membre ou à découvrir nos offres d’abonnement.


En relation

Charcuterie-Traiteur
Charcuteries : une délégation japonaise est venue en France

Une délégation du ministère de l’agriculture japonais s’est rendue en France du 5 au 9 décembre…

Focus produits
L'Asie et l'Amérique sont dans le viseur

Sur les 6,7 milliards d’euros générés par les charcuteries en 2017, 6,5 % provenaient des…

Viandes
Bovins : vers une hausse des échanges mondiaux

Gros bovins : Selon le département américain de l’agriculture (USDA), les…

Charcuterie-Traiteur
Greencore prêt à acquérir l’américain Peacock

L’Irlandais Greencore Group plc, l’un des leaders mondiaux du snacking, a annoncé hier son…