Aller au contenu principal

La nutrition, un enjeu de santé publique à l’hôpital

Entre la volonté des professionnels de la restauration en hôpital de faire du repas un acte de soin, le mépris parfois affiché du monde médical pour la « cuisine » et les contraintes budgétaires actuelles, la situation de l’alimentation en milieu hospitalier est parfois critique. Avec un milliard de repas servis par an, la restauration du secteur médical pèse pourtant lourd dans le paysage et entend bien relever des défis majeurs de santé en agissant sur l’alimentation comme source de soin, en rapprochant également la prestation alimentaire en hôpital ou en maison de retraite des standards en vigueur dans l’hôtellerie. Pour les professionnels, qui se réunissent les 22 et 23 octobre prochains à Arras dans le cadre du congrès de l’Association culinaire de la restauration hospitalière française (ACEHF), les enjeux sont par conséquent multiples. À commencer par la question économique, qui leur impose de mettre au point des repas répondant aux normes médicales et d’hygiène en vigueur, pour un coût de matières premières oscillant autour de deux euros. Il leur incombe en outre de s’ajuster aux demandes de plus en plus pointues en termes de composition des menus, tout en essayant de remettre au goût du jour le « repas » en lieu et place de la « prise d’aliments », symbolisée par les barquettes nées de la rationalisation des équipements qui a primé au cours de ces vingt dernières années.
Le chantier est immense !