Aller au contenu principal

La saison néo-zélandaise 2014/2015 débute

Démarrée au 1er juin, la campagne laitière 2014/2015 s’annonce dynamique en Nouvelle-Zélande. L’hémisphère Sud entre en hiver, après un mois de mai relativement normal dans l’archipel, en terme de conditions climatiques, excepté dans le Nord où le temps était plus sec, selon l’organisme italien Clal. Les prévisions de collecte des autorités néozélandaises sont à une hausse de 2,4 % par rapport à la saison précédente. À noter que de juin 2013 à avril 2014, les volumes ont progressé de presque 9 % par rapport à la même période un an plus tôt. En Australie, la collecte a affiché des volumes importants en mai, à la faveur de fourrages abondants. De juin 2013 à avril dernier la production laitière s’inscrivait, en revanche, en léger repli (-0,8 %). Par ailleurs, l’arrivée d’El Niño en août prochain fait craindre une dégradation des conditions climatiques dans l’intérieur des terres, au sud et à l’est de l’île.
Du côté des fabrications, l’heure est à la fermeté des cours sur la plupart des marchés en Océanie. En beurre, un regain d’intérêt est relevé pour les marchandises bon marché. La Russie et certains pays du Moyen-Orient pourraient se porter à l’achat, en particulier si les disponiblités du troisième trimestre se révélaient limitées en Europe et aux États-Unis. Pour ce qui est de la poudre écrémée, la demande est soutenue par les besoins pour le Ramadan. Les prix orientés à la hausse entraînent néanmoins un certain attentisme de la part des opérateurs, notamment asiatiques. Des raffermissements tarifaires sont aussi sensibles pour les poudres grasses.