Aller au contenu principal

Poulet : Bruxelles pourrait faire bouger les lignes

La consommation tend à progresser, soutenue par une demande dynamique de produits élaborés. © DR

Le bilan du premier semestre est plutôt encourageant pour la filière française du poulet de chair. D’un côté, la consommation tend à progresser, soutenue par une demande dynamique en découpe et surtout en produits élaborés, qui compense le moindre intérêt pour l’entier prêt à cuire, estime-t-on au Comité interprofessionnel du poulet de chair (CIPC). De l’autre, la production se tient relativement bien. Si comme chaque année, le premier trimestre a été synonyme de prudence de la production, avec des abattages en retrait, « on note depuis une volonté d’accroître la production », indique Yann Brice, délégué général du CIPC.

Ce contenu est réservé aux abonnés

Nous vous invitons à vous connecter si vous êtes déjà membre ou à découvrir nos offres d’abonnement.


En relation

Viandes
Ovins : baisse des importations allemandes

Ovins : La consommation de viande ovine est limitée en Allemagne, à seulement 0…

Aviculture
Œufs : la Pologne met l’Europe sous pression

Œufs : Les prix chutent partout en Europe, entre offres larges et traditionnel…

Aviculture
Volaille : plus d’offre, moins d’imports

L’Union européenne (UE) a réduit de 8,6 % ses importations de volaille au premier trimestre, à…

Aviculture
Volaille : l’Europe confirme son dynamisme à l’export

Volaille : L’Union européenne (UE) continue de tirer son épingle du jeu à l’…