Aller au contenu principal

Poule de réforme : absence d’offres

© Virginie Pinson

La semaine dernière a encore été une semaine compliquée sur le marché de la poule de batterie. Les réformes restaient très limitées. Les rares éleveurs à réformer cherchaient d’ailleurs souvent à décaler les dates pour profiter au mieux des cours records des œufs destinés à l’industrie. Dans ce contexte, les abattoirs français qui travaillent en surgelé pour l’export faisaient le gros dos et ralentissaient leur rythme de travail, faute d’avoir des prix de la viande suffisamment rémunérateurs.

Mais dans le même temps, nos voisins belges, allemands et hollandais n’hésitaient pas à franchir les frontières pour faire tourner leurs abattoirs, dont une partie de la production est destinée au frais ou à la charcuterie, des débouchés plus rémunérateurs.

Ce contenu est réservé aux abonnés

Nous vous invitons à vous connecter si vous êtes déjà membre ou à découvrir nos offres d’abonnement.


En relation

Aviculture
Œufs : la hausse des cours se poursuit

Le marché restait tonique vendredi.

Aviculture
Seuls les abattages de dinde progressent

Volaille : Sur les neuf premiers mois de l’année par rapport à la même période…

Aviculture
Œufs calibrés : regain de commandes avant le férié

Calibré : Le marché français de l’œuf calibré s’est activé avant le férié du 11…

Aviculture
Baisse marquée du coût de l’aliment depuis janvier

Volaille : Si l’été a été synonyme de bref rebond du coût de l’aliment, l’…