Aller au contenu principal

Œufs : trop de moyens, en France comme en Europe

© CNPO

Œufs : Le commerce français de l’œuf calibré était plus compliqué mardi. À l’exception du quart Sud-Est, où les vacanciers étaient au rendez-vous et la consommation à la hauteur des attentes, l’heure était à la déception quasiment partout ailleurs. La plupart des opérateurs des autres zones de villégiature avaient espéré une demande plus tonique après le 14 juillet mais les commandes n’ont pas été aussi importantes que prévu. Pourtant, la faiblesse des ventes dans les grandes agglomérations laisse à penser que celles-ci se sont vidées de leurs occupants. Faute de demande, les cours ont évolué selon les disponibilités du moment : en repli notable en calibres P et M, toujours largement disponibles, et en légère baisse pour les gros œufs assez peu produits actuellement.

Ce contenu est réservé aux abonnés

Nous vous invitons à vous connecter si vous êtes déjà membre ou à découvrir nos offres d’abonnement.


En relation

Aviculture
Seuls les abattages de dinde progressent

Volaille : Sur les neuf premiers mois de l’année par rapport à la même période…

Aviculture
Volaille : l’Europe confirme son dynamisme à l’export

Volaille : L’Union européenne (UE) continue de tirer son épingle du jeu à l’…

Aviculture
Œufs : peu évolutif au Nord, plus animé en Espagne

Œufs : Le calme restait de mise mardi en France.

Aviculture
Volaille : les produits d’hiver perdent du terrain

Volaille : Le printemps donne un nouveau coup à la demande, déjà faiblissante,…