Aller au contenu principal

L’œuf reste cher bien qu’en baisse

La Tendance nationale officieuse de l’œuf tout-venant destiné à l’industrie a chuté de 44,2 % ces deux derniers mois. Celle des œufs calibrés a perdu 16 %. En cause, en premier lieu, le ralentissement saisonnier du commerce. L’offre s’est avérée plus fournie, entre les retards d’enlèvement accumulés pendant les fêtes de fin d’année et les méventes liées à la baisse de fréquentation des points de vente. À cela se sont ajoutés les moindres besoins des industriels qui ont dû faire face, aux dires du secteur, à une activité ovoproduits correcte sans plus, voire décevante, selon le débouché et le produit considérés.

Ce contenu est réservé aux abonnés

Nous vous invitons à vous connecter si vous êtes déjà membre ou à découvrir nos offres d’abonnement.


En relation

Aviculture
Seuls les abattages de dinde progressent

Volaille : Sur les neuf premiers mois de l’année par rapport à la même période…

Aviculture
Volaille : l’Europe confirme son dynamisme à l’export

Volaille : L’Union européenne (UE) continue de tirer son épingle du jeu à l’…

Aviculture
Œufs : peu évolutif au Nord, plus animé en Espagne

Œufs : Le calme restait de mise mardi en France.

Aviculture
Volaille : les produits d’hiver perdent du terrain

Volaille : Le printemps donne un nouveau coup à la demande, déjà faiblissante,…