Aller au contenu principal

Les députés mettent la pression sur les cantines

© IDN - stock.adobe.com

Le projet de loi Alimentation a été examiné en commission du Développement durable à l’Assemblée nationale du 27 au 29 mars dernier. Certains amendements ont été adoptés par les députés, fixant des objectifs ambitieux à la restauration collective à l’horizon 2022. Le gouvernement proposait dans l’article 11 de la loi Alimentation qu’« au plus tard le 1er janvier 2022, les personnes morales de droit public incluent, dans la composition des repas servis dans les restaurants collectifs dont elles ont la charge, une part significative de produits acquis en prenant en compte le coût du cycle de vie du produit, ou issus de l’agriculture biologique, ou bénéficiant d’un des autres signes de qualité ».

Ce contenu est réservé aux abonnés

Nous vous invitons à vous connecter si vous êtes déjà membre ou à découvrir nos offres d’abonnement.


En relation

Dossiers, Bio
Objectifs de qualité, sans moyens, pour la restauration collective

À quelques jours de l’ouverture du premier salon professionnel dédié au foodservice responsable…

Autres filières, Bio
40% de produits locaux et 20% de bio dans les cantines en 2020

Les sénateurs l'avaient supprimé en première lecture ; hier soir les députés ont rétabli l’…

Réglementation, Bio
40% de produits locaux et 20% de bio dans les cantines en 2020

Les sénateurs l'avaient supprimé en première lecture ; hier soir les députés ont rétabli l’…

Autres filières, Bio
La part minimale de produits bio dans les cantines retoquée

« L’article 192 instaurant l’obligation, pour les services de restauration collective des…