Aller au contenu principal

Les composés néoformés suivis par la DGCCRF

La DGCCRF vient de publier les résultats d’une enquête menée en 2016 sur la formation de composés susceptibles de présenter un risque pour la santé lors de la préparation des aliments. Cette enquête a mis en évidence que le risque « acrylamide » reste toujours peu connu des restaurateurs et des PME, selon la DGCCRF. « S’il est connu des opérateurs de grande taille, la mise en place des outils disponibles permettant de réduire la formation d’acrylamide est très variable » explique l’autorité. La réglementation sera prochainement renforcée dans ce domaine, pour « imposer aux opérateurs l’évaluation et la mise en œuvre des outils identifiés permettant de réduire la formation d’acrylamide dans les denrées alimentaires ».

Ce contenu est réservé aux abonnés

Nous vous invitons à vous connecter si vous êtes déjà membre ou à découvrir nos offres d’abonnement.


En relation

Réglementation
La restauration demande le maintien des GEM

Dans deux lettres distinctes, les acteurs de la restauration collective interpellent le…

Les acteurs de l'agroalimentaire, Bio
L'objectif de 50% de bio dans les cantines sera dans la loi

L'objectif de passer à 50% de produits bio et locaux dans la restauration…

Les acteurs de l'agroalimentaire
#Ega : les élus rejettent le projet de loi

Le conseil national d’évaluation des normes (Cnen) a donné un avis défavorable le 11 janvier sur…

Témoignages, Bio
#Ega : les élus rejettent l’article 10 du projet de loi

Le conseil national d’évaluation des normes (Cnen) a donné un avis défavorable le 11 janvier sur…