Aller au contenu principal

L’Ania veut reprendre la main sur l’alimentation

Richard Girardot, nouveau président de l'Ania, rencontrait la presse le 11 septembre 2018 pour esquisser ses priorités. © Ania

Ayant l’impression d’avoir été « pris en étau entre l’amont et l’aval » lors de la discussion de la loi EGA et d’être la cible récurrente d’un « marketing de la panique », Richard Girardot, nouveau président de l’Ania, a déclaré le 11 septembre à la presse, vouloir agir contre ce qu’il appelle la DMA pour « destruction massive de l’alimentation ». « On arrive à 4 milliards d’euros de déflation en cinq ans, auxquels s’ajoutent 1,2 milliard d’euros liés à la hausse des matières premières et 1,2 milliard d’euros sur les coûts de production : soit l’équivalent de 6 à 7 milliards d’euros de perte pour l’industrie agroalimentaire », a commenté Richard Girardot.

Ce contenu est réservé aux abonnés

Nous vous invitons à vous connecter si vous êtes déjà membre ou à découvrir nos offres d’abonnement.


En relation

Dossiers
Comment et pourquoi valoriser sa responsabilité sociétale

De plus en plus demandée par la grande distribution, par les consommateurs ou par les pouvoirs…

Les acteurs de l'agroalimentaire
Les confiseurs français s’accordent sur une charte d’amélioration responsable

Le Syndicat de la confiserie française, rebaptisé Confiseurs de France depuis début 2018, a…

Les acteurs de l'agroalimentaire
Richard Girardot veut redonner à l’agroalimentaire la place qui lui revient

Elu hier à la présidence de l’Ania pour un mandat de trois ans, Richard Girardot, 62 ans, ancien…

Les acteurs de l'agroalimentaire
Richard Girardot veut agir contre la « destruction massive de l’alimentation »

« Nous sommes face une DMA, destruction massive de l’alimentation. A longueur de temps, il y…