Aller au contenu principal

L’achat en ligne s’impose

En 2016, 50 % des Français ont réalisé des achats alimentaires en ligne, soit 4 points de plus que l’an dernier, selon l’Observatoire société et consommation (ObSoCo), présenté lors du Forum des innovations en distribution alimentaire (Fodali) la semaine dernière à Périgueux. Une hausse essentiellement due à la croissance des sites marchands des enseignes de grandes surfaces alimentaires en progression de 5 points et à des cyberacheteurs peu impliqués (plus 5 points) qui achètent leurs aliments en ligne de manière très occasionnelle. L’ObSoCo a déterminé deux principaux groupes de cyberacheteurs : les « exclusifs », n’ayant recours qu’aux sites marchands des grandes surfaces alimentaires, privilégiant le retrait en drive, et les « éclectiques », qui montrent une certaine appétence pour la distribution alimentaire en ligne combinant l’ensemble des circuits en fonction de besoins spécifiques. Si par leur désir de « désintermédiation et de local », les Français se montrent toujours majoritairement favorables à la vente directe en ligne par les grandes marques agroalimentaires, les commerçants de quartier et les producteurs locaux, la légitimité des pures players (Vente privée, Amazon, CDiscount, PriceMinister) à décliner leur offre dans l’alimentaire reste faible, note l’étude. Aussi, malgré le lancement très médiatisé de leurs offres, ces pures players peinent à convaincre les Français. Le e-commerce a de l’avenir, les ventes en ligne devraient représenter 15 % de l’ensemble des achats d’ici à 2020, selon une autre étude d’Euler Hermes. « Après avoir longtemps considéré le e-commerce comme un canal parallèle, les détaillants français commencent seulement à investir pour rattraper le retard dans la course digitale », indique le cabinet. Bon nombre de grandes entreprises doivent trouver le juste équilibre entre le numérique et le physique. Les industriels de l’agroalimentaire ne doivent pas rester de simples spectateurs de cette évolution majeure de la distribution, mais l’anticiper et y participer activement. La révolution numérique est en marche !