Aller au contenu principal

#Egalim : l’Ania écrit à Macron, Leclerc le menace

A la veille de la prise de parole d’Emmanuel Macron, la tension est palpable dans la filière agroalimentaire. Jean-Philippe Girard, président de l’association nationale des industries alimentaires (Ania), a pris la plume ce jour pour écrire au président de la République. Lui rappelant en introduction son « esprit constructif » durant les ateliers des états généraux, le représentant des industriels dénonce à l’opposé « le très mauvais état d’esprit » de certains qui « brandissent encore et encore l’épouvantail de la hausse des prix, cherchant à faire durer un modèle ancien et destructeur dans ils profitent depuis des années ».

Ce contenu est réservé aux abonnés

Nous vous invitons à vous connecter si vous êtes déjà membre ou à découvrir nos offres d’abonnement.


En relation

Les acteurs de l'agroalimentaire
Le relèvement du SRP doit bénéficier aux agriculteurs, selon S. Travert

Les bénéfices du relèvement du seuil de revente à perte des produits…

Les acteurs de l'agroalimentaire
#Egalim : « Le socle d’un sursaut positif », selon l’Ania

« Ces annonces prononcées aujourd’hui par le président de la République…

Les acteurs de l'agroalimentaire
La répartition de la valeur, priorité des états généraux

Les états généraux de l’alimentation débuteront « début juillet », sous le pilotage du…

Les acteurs de l'agroalimentaire
Etats généraux : l’occasion de « remettre chacun en responsabilité » selon Leclerc

Les états généraux de l'alimentation peuvent permettre de remettre «